Il y a des sports d’été, comme on parle de sports d’hiver. Outdoor, bien sûr, ils sont praticables sur la plage, sur ou sous l’eau, mais pas seulement. Leur point commun : leurs bénéfices santé !

1. Natation : Un océan de bons points

De la mi-juillet à la fin août, 25 à 30 millions de Français, soit près d’un vacancier sur deux, vont planter leur parasol près du littoral, du Nord au Sud, et plébisciter la natation. Oubliez vos portables et tous à l’eau !

Bienfaits. Tout en fortifiant le système cardiovasculaire, en augmentant la capacité pulmonaire et en nettoyant la tête du stress, la natation, sport porté par excellence, permet de ” dorer actif “, d’affiner et de galber sa silhouette (20 minutes de brasse = entre 100 et 200 calories brûlées), sans courbatures, ou presque. Brasse et crawl, à eux deux, mobilisent les mollets, les quadriceps, les ischio-jambiers, les adducteurs, les fessiers, les abdos, le grand dorsal, les pectoraux, les deltoïdes (épaules), le triceps, le biceps… Le dos crawlé tonifie plus particulièrement le bas du corps.

2. Plongée : La palme de la relaxation

Vous adorez l’eau ? Au lieu de rester en surface, pourquoi ne pas faire connaissance avec le monde du silence, bouteilles sur le dos et détendeur dans la bouche ?

Bienfaits. Toute personne qui rêve de plonger peut le faire, mais à condition de respecter deux règles fondamentales : passer une visite médicale, de préférence auprès d’un médecin agréé par la Fédération française des études et sports sous-marins (FFESSM), qui vous donnera le libre-accès à cette discipline, et se jeter à la mer sous la conduite d’un accompagnateur qui a de la bouteille. Le plus grand mérite de ce sport ? Rendre zen. En état de quasi-apesanteur, on oublie sa nature d’animal terrestre, le corps effectue des mouvements souples et amples, la respiration se fait lente et profonde. Sans oublier que l’on développe sous l’eau un sens aigu des responsabilités et que l’on brûle en moyenne 1 000 calories par heure… De quoi se laisser tenter !

3. Ramer : C’est complet !

Après avoir “ramé” toute l’année au bureau, ce qui n’est pas gai, propulser à la force des bras un aviron, une pirogue hawaïenne ou un simple matelas pneumatique sur un plan d’eau artificiel ou naturel (fleuve, rivière, lac, mer), permet de jeter ses soucis par-dessus bord et chavirer de plaisir.

Bienfaits. Ramer, à condition de modérer ses efforts les premières fois, stimule l’appareil cardiovasculaire et muscle harmonieusement le haut du corps (ainsi que les jambes quand on pratique l’aviron). Au fil des kilomètres, on se forge un coeur de runner, un dos de crawleur, des articulations de gymnaste et des abdos de judoka. En prime, on affine son sens de l’équilibre et sa coordination, tout en profitant des charmes de l’élément liquide loin des foules en pleine “toast attitude”.

4. Beach-Volley : Sea, sun & smashes

Des centaines de milliers de ” beacheurs ” occasionnels pratiquent chaque été ce sport explosif, né dans les années 20 à Hawaï et en Californie, histoire d’occuper les surfeurs les jours sans vagues. Planter deux poteaux dans le sable, tendre un filet et jouer en maillot de bain , c’est plus ” fun ” que transpirer sous les néons d’un gymnase.

Bienfaits. à voir les pros longilignes et musclés rivaliser d’adresse lors de tournois officiels sous l’oeil de leurs groupies aux yeux de biche, on comprend vite que le beach est un sport à part entière. Courir, plonger, sauter sur un sol meuble muscle les jambes de haut en bas, tonifie les bras et les pectoraux, chasse les poignées d’amour, sculpte les abdos… Tamisez toujours le sable avant un match (à cause d’éventuels bouts de verre) et arrosez-le pour ne pas vous brûler les pieds.

5. Char à voile : Grisant au gré des risées

L’idée de ” rouler au vent ” ne date pas d’hier. Les pharaons, déjà, l’auraient pratiqué sur les bords du Nil ! Si les règles de l’aérodynamique sont les mêmes que sur un voilier, les sensations et les repères sur un char sont différents. Comment ne pas avoir envie d’essayer ?

Bienfaits. La position couchée ou semi-allongée renforce la sangle abdominale. Quand ça souffle vraiment, manoeuvrer l’écoute oblige à jouer activement des bras musclant les biceps et les triceps. C’est surtout la griserie de la vitesse, qui peut flirter avec les 100 km/h et qu’accentue un pilotage au ras du sol (comme dans un kart), que recherchent les initiés. Côté bobos, rien de méchant : pour l’essentiel, quelques bleus aux fesses à cause des ” ridins ” (petites vaguelettes de sable) et des ” bâches ” (grandes flaques). Et aucune inquiétude à avoir : il est extrêmement rare qu’un char se retourne.

6. Surf : La vie à pleins tubes

En avril dernier, pour la première fois en France, l’académie de Bordeaux a permis aux lycéens des cinq départements de la région Aquitaine de passer au bac une épreuve de surf en éducation physique et sportive. La preuve que cette pratique écolo venue des îles du Pacifique est en haut de la vague. Si vous n’avez jamais chevauché une planche, l’heure a sonné…

Bienfaits. Plus qu’une discipline physique mobilisant les principaux groupes musculaires (la plastique d’un Laird Hamilton le prouve), le surf est une discipline de vie. Concentration, maîtrise de soi, sens de l’observation et du dosage, anticipation des fluctuations de l’environnement, endurance, attente de son heure, sens du défi et de la fête, connivence, partage, fair-play… Le surf a le don de développer aussi des qualités mentales qui peuvent être utiles au quotidien!

7. Parapente : Heureux qui comme Icare

Décoller d’une pente au pas de course, sentir ses pieds quitter le sol, se laisser porter par les courants serré contre un binôme doté de solides notions d’aérologie et planer comme un oiseau suspendu à une aile de 25 m2 dans le chaud ciel d’été… Une sacrée bouffée d’oxygène !

Bienfaits. Ce sport dans l’air du temps procure une impression de liberté totale. Affranchi de la pesanteur, la contemplation de la Terre à plusieurs centaines de mètres du sol vire à l’extase, que l’on frôle des falaises dans le sillage d’un vautour ou que l’on tournoie au-dessus d’une vallée couverte de forêts ou d’un lac… Apprentissage impératif au sein d’un club.

8. VTT de descente : des vélos d’un autre monde

Troquer les routes goudronnées et des pédalées un brin monotones pour des sauts en apnée, des virages hypertechniques et des descentes vertigineuses sur des pistes forestières ou des sentiers de montagne, au guidon d’un VTT de descente, ça décoiffe !

Bienfaits. Le VTT, à la différence du cyclotourisme, fait travailler la quasi-totalité du corps, des mollets et des cuisses (toujours en tension) aux bras et aux épaules. Ce sport né dans la mouvance libertaire du courant hippie, sur la côte Ouest des États-Unis, apporte puissance et tonicité (il faut ” arracher ” son vélo dans les secteurs les plus techniques, le poids étant un facteur freinant). Plus on gagne en explosivité, en agilité et en concentration à force d’apprendre à gérer ses efforts, plus le pilotage devient fin, coulé et, surtout, jouissif.

9. Rando : La meilleure façon de marcher

Avec 15 millions d’adeptes et 180 000 kilomètres de sentiers balisés rien que dans l’Hexagone, la rando est la preuve que le bonheur est dans le pied, surtout en vacances. Certains départements axent même leur politique de communication sur le tourisme de randonnée.

Bienfaits. La randonnée “entraîne” le muscle cardiaque, améliore ses performances (c’est-à-dire sa capacité à envoyer le sang là quand l’effort le rend nécessaire) et diminue de l’ordre de 30 % à 50 % le risque de maladies cardiovasculaires. Idéal pour se ressourcer dans un monde de plus en plus mécanisé et s’oxygéner le cerveau en pleine nature. L’activité a l’avantage d’être très peu onéreuse. Et de surcroît, pour ceux qui ne le savent pas, mettre un pied devant l’autre pendant une heure, c’est 240 kilocalories en moins !

10. Canyoning : Une cascade d’émotions

Descentes en rappel, nage en eaux limpides ou glissades sur des ” toboggans “… À la rando bien au sec, on peut préférer la descente d’un torrent de montagne.

Bienfaits. Inutile d’afficher une condition physique éblouissante pour se lancer à l’assaut d’un canyon, à la condition d’être bien équipé et encadré par des moniteurs qualifiés. En combi (pour s’isoler des 10/15°C ambiants et parer les chocs) dans les bras d’un torrent, on oublie (presque) le monde terrestre et on fait le plein d’adrénaline.

11. Escalade : Une discipline qui grimpe…

Jouer à l'”homme araignée” est à la portée de tous. Les calanques méditerranéenes et la Bretagne attirent les mordus de la grimpette. Une tenue souple est recommandée, les clubs prêtant ou louant le matériel (cordes, baudrier, mousquetons…).

Bienfaits. Sans danger pour les articulations, l’escalade sollicite l’ensemble des groupes musculaires, aiguise l’équilibre, la souplesse et enseigne le dépassement de soi.

12. Via Ferrata : L’ivresse des cîmes

Les via ferrata (” voies ferrées “) sont des ” sentiers verticaux ” inventés par les militaires italiens au XXe siècle pour gagner les hauteurs. La France compte plus de 70 itinéraires du massif de la Tarentaise à la Maurienne.

Bienfaits. Elle permet au randonneur classique de se frotter (sans risque mais avec un maximum de sensations) au monde vertical. Grisant !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *