Après un été hyperactif, on le jure, on le crache, on ne se laissera plus aller. Comme toutes les bonnes résolutions, celle-ci résiste rarement au temps. Quelques conseils pour lutter contre une motivation chancelante.

1. Restez sur votre lancée

Serein, affûté, tonique, prêt à relever tous les défis… Logiquement, on revient de vacances débordant de vitalité. Problème : les bonnes résolutions ” antirouille ” ont tendance à s’écrouler comme un château de sable submergé par la marée. Emprisonné dans un carcan d’obligations qui fait couler à pic le projet de piscine ou de footing quotidien, on rejoint la cohorte des 39 % de Français qui s’encroûtent…

2. (Ré)Agissez très vite

Le meilleur moyen de conserver l’élan, la belle énergie, l’état de grâce des vacances, c’est de jouer tout de suite les prolongations, insiste Jean Doridot, coach et thérapeute(1). L’erreur numéro un consiste à répéter : Je retrouve tranquillement mes marques professionnelles et après, juré, je reprends le sport assidûment “.

3. Tenez parole

Même si votre agenda est déjà surbooké, ” incluez au moins un entraînement, même réduit, dans votre emploi du temps de la semaine prochaine, recommande le même expert. Et ne dites surtout pas : Je verrai si je peux y aller. Engagez-vous, avec un brin de solennité, à honorer irrévocablement cette séance “.

4. Restez réaliste

Tout en snobant tapis roulants, ascenseurs et escalators, et en adoptant la marche pour vos déplacements courte distance, n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Règle d’or : on suit plus facilement un programme d’entretien au long cours en s’entraînant régulièrement et modérément (ne serait-ce que 15 minutes par jour), qu’en s’imposant des défis fastidieux rarement tenables plus de deux mois (du genre courir ou nager 1 heure tous les matins).

5. Adoptez la politique des petits ruisseaux

Préférer trois petites séances d’entretien physique par semaine au lieu d’une seule grosse sortie permet aussi, en cas d’impondérable, de ne pas rester huit jours sans faire d’exercice. D’autant qu’en général, ” quand on rate deux-trois fois de suite un entraînement en automne et en hiver, c’est mort ! ” constate Jean Doridot.

6. Osez une ” compet'”

Autre stratagème pour s’obliger à transpirer sainement au lieu de faire tous les soirs un baby-foot avec ses collègues devant un whisky double : s’inscrire à une épreuve sportive et festive dans ses cordes (les 20 km de Paris, un interclub de tennis…). Rien de tel pour ” donner du sens ” à ses efforts et mesurer le chemin parcouru.

7. Faites d’une pierre deux coups

Greffer une deuxième source de plaisir sur sa pratique sportive multiplie la ” gnaque ” au carré, évite que les braises du feu sacré qui vous irradiait fin août s’éteignent début octobre. Si vous aimez la musique, prenez des cours de rock ou de salsa. Si le mystère des forêts vous envoûte, courez ou faites du VTT dans les sous-bois le week-end…

8. Court-circuitez la monotonie

Vous alignez les longueurs de bassin à contrecoeur depuis quinze jours et l’envie de ” sécher ” la piscine vous démange ? Déclenchez le plan Orsec ! Achetez-vous un nouveau maillot, offrez-vous des claquettes high-tech, changez de gel douche… Autant de micropiments basiques qui sauvent de la monotonie et relancent la motivation. Les salles de sports enregistrent leur plus fort taux d’inscription à la rentrée. Suer à grosses gouttes en petit groupe est gratifiant, affermit la volonté et stimule l’émulation. Pensez-y si l’effort physique en solo vous barbe.

9. Programmez-vous à l’effort

La veille d’une séance, couché, ” fermez les yeux et projetez-vous mentalement le film de votre sortie du lendemain, comme si vous vous regardiez bouger sur un écran géant, conseille Jean Doridot. Ensuite, les bras le long du corps, rentrez lentement dans l’image, activez tous vos sens pour éprouver un bien-être maximal, répétez un mot de votre choix (confort, liberté…) et formez un anneau avec le pouce et l’index. ”

10. Actionnez le starter

Le jour J, quelques minutes avant d’enfiler votre survêt, prononcez ce même mot en joignant le pouce et l’index. Votre cerveau réactivera automatiquement les sensations jouissives associées à ce signal verbal ami. Et vos muscles se mettront à frétiller.

11. Bénissez la providence

Chaque fois que vous contemplerez, penaud, le vélo d’appartement relégué à la cave ou au grenier, pensez à la chance inouïe de posséder deux bras et deux jambes en parfait état de marche. Et souvenez-vous que celui qui agit toute sa vie de façon négligée obtiendra toute sa vie des résultats négligeables.

12. Pensez que le corps est un ami

Notre corps est à tout instant notre plus fidèle allié, renchérit Thierry Schneider, “coach des leaders”(2) et auteur de Athlète de la vie, agir ou subir ? (éd. Un Monde différent). Il est donc de la plus haute importance de s’octroyer très régulièrement du temps pour régénérer son énergie avec plaisir. Tout objectif, aussi important et bien fondé soit-il, sera réduit à néant si notre santé nous lâche “.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *